Bon depuis le temps que je vomis tranquillement dans mon coin quand on parle du débat sur l'identité nationale, il fallait que j'en fasse partager mes lecteurs.

Ainsi donc, il n'y a pas de honte à parler de l'identité nationale, il ne sera pas fait d'amalgame avec l'immigration. Non, on définit donc ce qui fait notre identité, pour nous, les français, et pour expliquer aux autres ce que c'est d'être français. Il n'est en aucun cas question de devenir français, non non, c'est aussi bien pour ceux qui le sont que pour ceux qui veulent le devenir. Ben voyons mon con.

Que ressortira-t-il de ce débat ? Ce qui fait notre unité nationale, des trucs chouette hein, évidemment. La culture, les valeurs républicaines, l'humanisme, Johnny Halliday, la tête de veau (pléonasme). À ce rythme là, on risque de se coller un gros paquets d'apatrides après le bilan, parce que j'en connais beaucoup qui ne respectent pas leur identité nationale si on la définit comme ça. Il semblerait que dans ce cas là, ça soit trop tard, qu'on aurait pas vraiment les moyens de leur faire un pays rien qu'à eux pour les dégager à coup de fourches et donc, ils resteraient français.

Pour leurs enfants, pareil, pas trop le choix, on va pas les expatriés. À la rigueur on pourra détecter dès le plus jeune âge ceux qui risquent de pas respecter l'identité nationale, mais pas plus.

Non là où c'est vraiment cool l'identité nationale, c'est pour ceux qui veulent devenir français. Ah pour ceux là, on peut se lâcher. Est-ce que t'as lu la princesse de Clèves ? Et est ce que tu peux chanter la marseillaise sur un pied ? Et est-ce que tu serais pas un peu trop auvergnat ? Un non, pas de naturalisation. Quoi ? Un rapport avec l'immigration ? Bah non, les immigrés pourront toujours rester étrangers.

Au moins, ceux qui deviendront français nous tirerons par le haut. Reste à savoir s'ils auront encore envie de demander leur nationalité. En attendant, si quelqu'un pensait y coller l'hospitalité, dans notre identité nationale, il peut plutôt se la coller ailleurs, elle n'a pas sa place dans le débat.