Comme c'est quand même la période des vacances, même pour les braves qui bronzent à la lumière des diodes des moniteurs, on va bloguer leger, pour ne pas risquer le claquage dès la reprise. 7 songs donc, plusieurs mois après le dernier exercice. Au passage, je suis passé de Deezer à Jiwa, en récompense à la lèche des premiers au major lors du dossier HADOPI. Prêt, feu :

  • Wlakie Talkie Man - Steriogram : le chant le plus rapide de l'ouest, de l'énergie pure, 2 minutes 13 qui passe à une de ses vitesses, et l'envie irrésistible de faire tout plus vite en l'écoutant.
  • Artificial Light - Rainer Maria : ça sonne légèrement comme un tube des années 80 que l'on aurait laissé de coté alors que pas du tout. J'adore cetet voix en rupture, l'efficacité de la musique.
  • The nurse who loved me - Failure : Un personnage malade, coupé de la réalité, le tout porté part une ballade rock assez classique, j'avais prévenu, c'est l'été (et c'est quand même bien bon)
  • The gossip - Are you that somebody : Oh une reprise, oh, Gossip la hype du moment (justifiée, achetez en, c'est très bon), ouais, définitivement, c'est l'été. Ca sent encore le r'n'b, mais on a réussi à y coller un arrangement le rock qui red le tout plus que supportable. Et merde, Beth Ditto, quelle voix !
  • Alain Bashung - Bijou Bijou : parce que parfois, quand on fait tout merdé, ça rend triste. Un peu de tout ça dans ce morceau, qui est capable de me coller les larmes aux yeux... Mais y'a pire.
  • Johnny Cash - One : Oui, encore une reprise, mais celle là elle finirait par nous faire croire que U2 a tout piqué à celui à qui on devrait penser en premier quand on parle de Johnny. Plaisir lacrymal.
  • Lou Reed - Street Hassle : Un OMNI pour finir. 10 minutes ailleurs, transporté par les violons, les choeurs et la voix de Lou Reed. C'est interminable et la ligne de violon est entêtante. Cha la, la la la.

En musique (j'ai beau faire ma faignasse, je me casse encore un minimum pour vous) :